Spectateurs d’aujourd’hui : les publics des festivals jeune public

Étude réalisée par les festivals Petits et Grands, Manon Pasquier, préface de Sylvie Octobre, mise en ligne en avril 2013

Les festivals Petits et Grands (Nantes) et Méli’môme (Reims), ainsi que le Festi’môme (Questembert), se sont associés dans la réalisation d’une étude exploratoire portant sur les modes de fréquentation des festivals jeune public. Cette étude a été réalisée par Manon Pasquier, avec l’accompagnement scientifique et méthodologique d’une équipe d’enseignants-chercheurs de l’Université de Nantes et le soutien de Sylvie Octobre, sociologue au Deps – Ministère de Culture et de la Communication. Ce projet a pu être mené avec le soutien financier de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF).

L’étude (pdf)

Publicités

Les activités marchandes de spectacle vivant en 2010 [CC-2013-1]

Étude de Valérie Deroin, publiée par le Deps, collection Culture chiffres, avril 2013

En 2010, les entreprises marchandes qui exercent leurs activités dans les secteurs des arts du spectacle vivant, dans le soutien au spectacle vivant et dans la gestion des salles de spectacles réalisent un chiffre d’affaires de 4,4 milliards d’euros et dégagent une valeur ajoutée de près de 1,5 milliard d’euros. L’intégration nouvelle de ces secteurs du spectacle vivant dans le dispositif des statistiques structurelles d’entreprises de l’Insee permet de les situer dans l’économie marchande française.

La présentation de l’étude

Afflux tendus : 24 h au travail – Le Merlan, Scène nationale, Marseille

Du samedi 4 mai, à 14h, au dimanche 5 mai, à midi.

Invité par Ici-même [Tous travaux d’art] dans OPERATOUR*, Peuple & Culture Marseille renouvelle sa complicité avec le collectif et livre dans le foundouk (hôtel, en arabe), franco de port et d’emballage,  Afflux tendus : 24h au travail, un programme qui mêle projections de cinéma, documents sonores, collecte de témoignages et rencontre-causerie.

Dans un foundouk à demi-ensommeillé, laissez-vous traverser par des formes contemporaines de travail générées par le monde-flux. Travail élastique, étiré dans le temps et dans l’espace, qui mobilise l’être tout entier. Circulation ininterrompue de données et d’argent en open space. Economie de l’instantanéité ou de la rareté. Le territoire de la puissance est invisible et ne tient à aucune relation particulière avec une terre, un sol, un foyer. Vous pouvez conquérir un lieu sans l’occuper. Cela s’appelle un marché. (Edouard Glissant).

Mettez-vous en mode spatial et temporel dilaté et venez vivre trois fois huit heures de temps arraché au travail omniprésent (ou désespérément absent) pour vous y plonger …autrement. Pour y songer en images et en sons, avec d’autres. Pour interagir et livrer vos témoignages sur les relations – tendues comme détendues – que vous entretenez, vous et votre travail. Pour prolonger la nuit et en causer ensemble autour d’un café au petit-déjeuner.

Tarifs : 30 € / 20 € (après-midi et soirée + repas du soir + couchage + petit-déjeuner)

 

Réservation auprès du Merlan au 04 91 11 19 20